mardi 14 janvier 2014

Ie silence des cocus



Je me souviens d’un temps pas si lointain, où de nombreux bloggeur aimaient à casser du sucre sur le dos à Sarkosy. Dès qu’il l’ouvrait, dès qu’il faisait quelque chose, tout le monde lui tombait sur le dos, et les médias en rajoutaient une bonne couche par-dessus, histoire de lui faire un beau costard pour l’hiver.

Puis vint mai 2012, le jour du changement, et le peuple de gauche savourait sa victoire. La machine médiatique se mit en route pour soutenir le nouveau président élu, les bloggeurs qui cassaient du sucre se mire à encenser Hollande…

Aujourd’hui, ces mêmes médias et ces mêmes blogs ont passé sous silence une loi votée au mois de décembre dernier. Alors que Dieudonné et les frasques sexuelles de Hollande ont fait les choux gras des journaux, la question qui revient sur toutes les lèvres en ce moment est : « le président a-t-il droit à une vie privée ? »

On nous espionne...
La vie privée de Hollande, je m’en fou royalement. Mais la mienne, j’y tiens. Et grâce à ce gouvernement, je n’en ai plus ! En effet, dans cette loi de décembre, l’état français se donne le pouvoir d’espionner tous les citoyens français sans passer par l’intermédiaire d’un juge. Cela comprend écoutes téléphoniques, lecture des emails, blogs et autre données informatiques du citoyen. De plus cette collecte de données pourra être faite par une société privée (Thales étant déjà sur les rangs).

Que la police et les services de renseignements généraux soit dotés de moyens techniques pour pouvoir faire leur travail, est une chose, mais j’aurai espéré que dans le pays des droits de l’homme, cela reste sous contrôle juridique. Non, ce n’est pas le cas, et on peut bien sûr imaginer la mise en place de fichiers secrets qui collecterons les données de tous les français selon leurs idées politiques, leurs religions, leurs sexualités… Imaginez ce qu’une Marine Le Pen pourrait faire des informations collectées dans ces fichiers, si par hasard elle venait à prendre le pouvoir dans un futur proche ?

Suite à l’autre affaire du moment, Aurore Filipetti a déclaré : « Il faut évidemment avancer avec prudence en ce qui concerne Internet. Il ne s'agit pas de faire intrusion dans ce formidable espace d'échanges et de liberté qu'est Internet, mais il faut prendre les dispositifs qui sont particuliers au net, et notamment à travers les  hébergeurs, pour que cela ne puisse pas se répandre quand il y a des attaques contre la dignité de la personne humaine. »

De nouveau, on en revient à la régulation d’internet, et le gouvernement souhaite forcer la main aux hébergeurs de contenus pour supprimer les propos négationnistes, les images intolérables ou les attaques contre la dignité de la personne humaine. On se rappelle que c’est en ces termes que Manuel Valls a parlé du spectacle de Dieudonné. 

Le problème ici, est de savoir jusqu’où s’étend cette fameuse dignité humaine. La pornographie dans son ensemble est-elle une atteinte à la dignité humaine ? Où est-ce seulement certaines pratiques sexuelles qui le sont, et si oui, lesquelles ? Certains trouveront que des vidéos qui parlent d’IVG sont aussi une atteinte à la dignité humaine. N’importe quel groupe ou lobby pourra déclarer que tout ce qui contre ces idées propres est une atteinte à la dignité humaine…

Alors, j’imagine ce que les médias et les blogs de gauche aurait dit si Sarkosy avait fait de telles choses durant son mandat. On l’aurait taxé de dictateur, de fasciste et de bien autres noms. Mais curieusement, je n’entends personne élevé sa voie en ce moment pour lutter contre ces mesures prises par notre gouvernement. Curieux…

C’est le silence le plus complet….

5 commentaires:

Nadezda a dit…

Très beau billet, je me doutais bien qu'il devait y avoir anguille sous roche.
A Paris j'ai été choquée lors de l'achat d'une puce pour mon GSM. Si je ne répondais pas à toute une série de questions, assez personnelles, sur ordre de la Justice, ma puce au bout de 15 jours n'était plus valable. Quel contrôle :(

Bonne soirée !

Chat de Nuit a dit…

Et oui Nadezda, nous sommes de plus en plus fliqué. Il faudrait ne plus avoir de téléphone, ni aller sur internet, bannir la carte de crédit, et la carte vitale, et cela n'est rien qu'un début....

Io Froufrou a dit…

Depuis que Valls a censuré sans passer par un juge, c'est clair: nous ne sommes plus en démocratie. A partir de là, tout devient possible.

Marc Lef a dit…

C'est sûr que sous un autre gouvernement, on aurait crié au fascisme d'état...

Nadezda a dit…

La Corse est si belle qu'on ne te voit plus, visiblement la-bas on aime les Chats de Nuit :)))))